violet la couleur du samedi

Couleurs, Violet

Le VIOLET du Samedi…

Le VIOLET est la couleur la plus mystérieuse et la plus profonde du spectre. Elle est associée au Samedi, dernier jour de la semaine bouddhique, et au Bouddha protégé des éléments déchaînés par le Roi des Nagas (serpent, en sanscrit). Le Naga est un intercesseur entre ce monde et celui de l’au-delà, un médiateur entre le ciel et la terre. Phra Naphrok, le « Bouddha protégé par le roi des nagas », est entré en méditation profonde. Il est soulevé au dessus du tumulte des vagues par le serpent légendaire et l’animal déploie ses sept têtes au dessus de lui pour le protéger des vents et des pluies de la tempête qui fit rage autour d’eux pendant sept jours entiers.

Comme le Naga, le VIOLET symbolise l’équilibre entre le ciel et la terre. Dans toute l’Asie, on lui attribue aussi des qualités dynamiques, c’est la couleur du passage de l’actif au passif, du Yang au Yin.

Au Laos, malgré une nette prédominance du Bouddhisme, les croyances animistes sont encore très répandues dans toutes les couches de la population. La croyance aux « Phi », les esprits, est une illustration contemporaine du lien qu’entretiennent les Laotiens avec la nature. Ces esprits sont souvent l’explication donnée à l’origine des maladies ou à la cause des accidents. Le bouddhisme Lao s’est même quelque peu adapté à l’animisme et certains moines sont particulièrement respectés pour leurs dons à exorciser les malades en chassant les mauvais esprits responsables du mal.

Les « Lokapâlos », contrairement aux « Phis », sont des génies protecteurs. Du pays, des provinces, des villes et villages, des maisons, boutiques et magasins… Les Laotiens leur construisent des autels, qui ressemblent souvent à de petites maisons, et y déposent régulièrement leurs offrandes aux fins d’obtenir le bénéfice de la protection souhaitée. Ce rite, également reconnu par le Bouddhisme, s’est intégré de lui-même à la culture Lao.

Laisser un commentaire