nian du nouvel an chinois

Couleurs, Rouge

Le Nian n’aime pas le ROUGE !

Le Nian est un animal légendaire du folklore chinois qui a une tête de lion et un corps de taureau. Il porte le même nom que l’année (ou inversement, qui sait ?) et sa présence est de toutes les festivités du Nouvel An Chinois, au Laos comme ailleurs…

La légende rapporte qu’il y a très longtemps, cet animal extrêmement féroce et terrifiant vivait au fond des mers. Il en sortait une fois par an, à la veille du nouvel an, pour s’alimenter d’autant de bétail et de gens qu’il pouvait en engloutir. Chaque dernier jour de l’année, les habitants fuyaient donc vers les montagnes pour se soustraire à la férocité du monstre… Jusqu’à ce qu’un jour, un vieux mendiant, arrivé le jour fatidique au village de Taohua, éclata de rire quand une vieille dame tenta de le persuader de fuir vers les hauteurs. La villageoise autorisa alors le vieil homme à passer la nuit dans sa maison en échange de son incroyable promesse de faire fuir le Nian…

Le lendemain, alors que tous s’attendaient à ne plus le revoir, le vieil homme était toujours là, les yeux brillants de malice et souriant derrière sa barbe blanche ! Il raconta alors aux refugiés comment il avait vaincu le monstre… Il avait commencé par coller une multitude de papiers rouges et or tout autour de la porte d’entrée de la maison. Puis il avait accroché toutes les lanternes et lumières qu’il put trouver sur le perron et les avait allumées au coucher du soleil.Quand il entendit le Nian approcher, au cœur de la nuit, il mit le feu à des guirlandes de pétards, elles aussi préparées, et tambourina autant qu’il put sur des casseroles et des tambours qui complétaient son dispositif. Le monstre, déjà entré dans la cour, fut alors prit de terribles convulsions et poussa des rugissements de douleur avant de se sauver aussi vite qu’il put pour replonger dans les eaux d’où il était sorti…

Le vieillard était, jusqu’alors, seul à savoir que le Nian avait peur du rouge, des flammes et des détonations ! La nouvelle se répandit bien vite, d’abord aux villages alentours puis aux villes plus lointaines… Si bien que depuis, plus aucun Chinois ne manque de coller les petits papiers rouges, d’allumer des lampions et de tirer des pétards pendant la dernière nuit de l’année.


Pour connaitre toute l’histoire…

Laisser un commentaire