Fresque_ethnies

Ethniques, Portraits

La cartographie ethnique du Laos est une étonnante mosaïque de peuples et de cultures. Certaines listes scientifiques comptent près de 130 groupes et sous-groupes ethniques différents ! « Lao Loum » (Lao des plaines), « Lao Theung » (Lao des versants) et « Lao Sung » (Lao des sommets) fut la classification retenue par le gouvernement Lao dans les années 50. Elle recensait 49 groupes ethniques classés en 3 « familles » qui marquaient, d’une part leur appartenance au peuple Lao et, d’autre part, l’altitude de leur habitat dans le pays. Bien qu’ayant perdu de sa crédibilité première dans les importants mouvements de population survenus entre plaine et montagne pendant la deuxième moitié du XXème siècle, cette distribution géographique reste cependant très populaire.

Mosaïque ethnique du Laos (UNESCO - Y. Goudineau)
Mosaïque ethnique du Laos (UNESCO – Y. Goudineau)

La classification officiellement reconnue a cependant évolué vers un classement, moins imagé mais plus explicite de la réalité effective, en 4 grandes familles ethnolinguistiques :
• les Lao-Taï : environ 50% de la population actuelle dont l’ethnie Lao (éponyme du pays où ce groupe s’est installé, au XIIIème siècle, sur les rives de la Nam Ou et du Mékong) et de nombreux groupes « cousins » des Thaïs du voisin Siamois, la Thaïlande ;
• les Austroasiatiques : l’appellation regroupe les ethnies considérées comme les véritables autochtones du Laos ; installée depuis plus de 3000 ans, cette population diverse et variée est répartie sur toute la longueur du pays : du Nord (Khmu, Lamet…) au Sud (Jru, Alak, Ta Oï…) elle représente environ 35% des Laotiens d’aujourd’hui ;
• les Hmong-Yao : progressivement arrivés de la Chine ou du Vietnam au début du XIXème siècle, ils sont environ 10% de la population actuelle ;
• les Tibéto-Birmans : comme le précédent, les minorités ethniques recensées dans ce groupe sont issues d’une immigration commencée au début du XIXème et, malgré une extrême diversité (Akha, Lahu, Phou Noy…) elles représentent à peine 5% de la population.

Pour compléter ce tableau vivant, il convient encore d’y ajouter les touches de minorités urbaines vietnamiennes et chinoises qui furent générées par l’administration coloniale et qui sont toujours un facteur relativement important dans l’économie du pays.

Bien qu’émaillées de quelques « disputes » occasionnelles, aucun conflit majeur n’est à déplorer pour avoir terni l’Histoire des relations inter-ethniques au sein du peuple Laotien. Quels qu’en soient le nombre et la catégorisation exacts, cette incroyable diversité reflète une extrême richesse culturelle et humaine et, surtout, témoigne d’une réelle harmonie dans la vie quotidienne d’un peuple rassemblé par toutes ces différences.

Pour en savoir plus…