Bouddha dans la posture de méditation qui lui permit d'atteindre l'illumination.

Actualités, Culture

La pleine lune du mois de mai est le jour le plus important du calendrier bouddhique, le Vesak. Il marque l’anniversaire de la naissance, de l’éveil et de l’entrée au nirvana de celui qu’on appela Bouddha.

Le Prince Siddhartha Gautama.
Le Prince Siddhartha Gautama.

Le prince Siddhârta Gautama naquit un vendredi de pleine lune du mois de Visakha, en 623 avant Jésus-Christ (le jour devenu le Vesak). Sa mère, la reine Mayadevi, mourut peu après lui avoir donné la vie et son père, Suddhodana du clan des Sakya, roi du Kapilavastu (Népal actuel), s’efforça d’écarter de son fils tout ce qui pouvait obscurcir son bonheur. Élevé par Mahaprajapati, la sœur de sa mère, l’enfance de Siddhârta fut donc baignée d’insouciance dans le luxe et le confort matériel. Éduqué au maniement des armes et préparé à la succession royale, le prince se conforma aux coutumes de son époque et de son rang en épousant, à 16 ans, sa très belle cousine, la princesse Yasodhara. A 29 ans, Siddhârta devint père (d’un fils unique, prénommé Rahula) et, sortant du palais ou il avait été confiné, fit quatre rencontres qui changèrent irrémédiablement sa vie. Un vieillard, un malade et un cadavre lui firent successivement prendre conscience des souffrances humaines (la déchéance du corps qui vieillit, la maladie et la mort) et enfin un ermite lui fit découvrir la possibilité d’accéder à une forme de sagesse en renonçant à une vie de plaisir pour celle d’une austérité d’ascète.

Siddhartha émacié après 6 ans de privations
Siddhartha émacié après 6 ans de privations

Rejetant son titre et son avenir royal, Siddhârta s’enfuit par une nuit de pleine lune et entreprit de suivre l’enseignement de plusieurs sâdhus. Pendant les six années qui suivirent, il s’initia aux pratiques méditatives et d’abstinences prônées par l’hindouisme puis, frôlant la mort lors d’un bain, quitta ses compagnons pour s’engager, seul, dans ce qu’il nomma plus tard la Voie du Milieu*.

Alors âgé de 35 ans, Siddhârta Gautama décida d’entrer en méditation pour n’en sortir qu’après avoir atteint l’Ultime Découverte. L’ascete s’installa sous un figuier (qu’on appelle, depuis, le Bodhi) pendant une semaine entière après laquelle il s’éveilla Bouddha, l’Éveillé, le mercredi de pleine lune du mois de Visakha de l’année 588 avant JC.

Le Sermon de Bénarès.
Le Sermon de Bénarès.

Hésitant à divulguer sa découverte aux hommes aveuglés par les passions humaines, le Bouddha finit cependant par décider de partager la Vérité et entreprit sa première prédication (le Sermon de Bénarès) à un groupe de 5 ascètes qui devinrent ses premiers disciples (voir aussi l’article Lao-Mag, orange la couleur du jeudi). Il consacra les 45 années suivantes de sa vie terrestre à répandre son enseignement au hasard de ses voyages et de ses rencontres sans aucune discrimination de caste, d’âge ou de genre.

Atteignant l’âge de 80 ans, il entra dans l’après-vie du Nirvana, le mardi de la pleine lune du mois de Visakha de l’année 543 avant la naissance de Jésus-Christ. Il expira son dernier souffle en méditant, couché sur le flanc droit, souriant… Il laissa à l’Humanité son Enseignement Universel de Compassion, de Paix et de Bonne Volonté.

Le Bouddha couché dans la posture du Parinirvâna
Le Bouddha couché dans la posture du Parinirvâna (Vientiane) –  voir aussi l’article Lao-Mag, le rose couleur du mardi.

Pour des millions de Bouddhistes de par le Monde, le Vesak est une journée traditionnellement dédiée à la méditation, sur leur foi en l’Éveil et la possibilité pour chacun d’y accéder par soi-même. L’Organisation des Nations Unies célèbre, elle aussi, cette Journée du Vesak (depuis une résolution de 1999) pour saluer la contribution que le bouddhisme, l’une des plus vieilles religions du monde, apporte depuis plus de 2 500 ans – et continuera d’apporter – à la spiritualité de l’humanité.

*Voie qui se réfère au Noble Chemin Octuple, évitant les extrêmes pour mener à l’éveil et à la libération de la souffrance.

Laisser un commentaire