Catching a fish

Actualités

Aujourd’hui 15 avril 2016, dernier jour des festivités de Pi Maï Lao et premier jour de la nouvelle année bouddhique 2559.

A une époque où les civilisations occidentales prétendent à une sorte de supériorité sur les « pays en voie de développement », il est essentiel de remettre un peu les pendules à l’heure !

Une différence de 543 ans (voir « dernier jour de l’an 2558 »), une date fluctuante selon la lune (voir « jour 0 du calendrier ») et aussi une antériorité certaine du calendrier bouddhique sur le grégorien (adopté au XVIème siècle)… Basé sur le traité Surya Siddhanta (attribué à Mahamuni Mayan et daté du IIIème siècle de l’ère chrétienne), celui-ci aurait lui même été établi grâce à un calendrier hindou originel (dont il ne subsiste aucune trace) datant du IIIème siècle avant la naissance du Christ. Le Surya Siddhanta, traduit en anglais par Burgess en 1858 seulement, traitait déjà, entre autres, du mouvement des planètes avec une exactitude étonnante. Son estimation de l’année sidérale à 365,2563627 jours (période de révolution de la Terre autour du soleil) est restée la plus précise approximation connue pendant plus d’un millénaire et les calculs de la science moderne n’ont rectifié ce chiffre qu’après la 5ème décimale à 365,25636305 jours ! La différence d’estimation de l’année tropique (ou année solaire) n’est, quant à elle, que d’une poussière de 1,4 seconde/an !

Une autre tradition de Pi-Maï...
Une autre tradition de Pi-Maï…

Outre les traditions liées à l’eau dont s’aspergent abondamment tous les participants aux festivités de Pi Maï, il est également d’usage dans les pays bouddhiques de libérer des animaux pendant ces fêtes. Nombreux sont donc les oiseaux, écureuils et autres petits mammifères qui auront vu leur cage s’ouvrir pour leur permettre de retrouver leur liberté durant ces trois jours de Boun Pi Maï 2559 (voir « Boun Pi Maï Lao ») et peut-être plus nombreux encore les visiteurs étrangers qui auront découvert la joie de vivre et l’hospitalité de ces peuples du Sud-Est Asiatique où l’avenir se conjugue au présent…

Photo en tête d’article : Rizal Arnex.

Laisser un commentaire